LA TRAHISON (une des cinq blessures)

LES BLESSURES (psychologiques) QUI NOUS CARACTÉRISENT



Connaître ces blessures permet d’avoir plus de compassion pour nous et pour les autres.

Une blessure est déjà inscrite dans l’âme au moment de la conception (attirance magnétique par ce que nous n’avons pas encore réussi à vivre dans l’amour et l’acceptation de nos vies précédentes et par ce que les futurs parents ont à régler à travers un enfant comme nous).

Une blessure est une douleur émotionnelle vive ressentie au cours d’une relation où l’un de nos besoins essentiels n’est pas satisfait et où nous réagissons en s’accusant ou en accusant l’autre. C’est un chaos émotionnel vécu seul, dans l’isolement où s’est enraciné un sentiment de rejet, d’abandon, d’injustice, d’humiliation ou de trahison.

Notre corps est marqué par le masque et non par la blessure !

BLESSURE : TRAHISON,

MASQUE : CONTRÔLANT

ÉTAT : Ne se fait plus confiance

Le Réflexe de survie
TRAHISON: État d’alerte, Méfiance, Impatience

PEUR : Lâcher prise

BESOIN : Confiance

CE QU’ON PEUT FAIRE : Faire confiance au risque de perdre le contrôle…

Blessure de TRAHISON
On a manqué à une promesse qu’on lui a faite, on a cessé d’être fidèle à sa cause ou à lui-même.

Cette blessure survient généralement entre 2 et 4 ans, quand l’énergie sexuelle se développe, et crée un complexe d’OEdipe fort, un attachement au parent du sexe opposé très fort, une tendance à comparer le compagnon ou la compagne avec ce parent ; entraîne qu’au niveau de l’acte sexuel on ne se laisse pas aller de peur de se faire avoir.

Il s’agit de parents séducteurs, centrés sur eux-mêmes, et qui l’ont manipulé par des compliments. L’enfant a senti que s’il était bien spécial, son parent du sexe opposé en serait heureux. Il a acquis le sens de la responsabilité, et juge les autres pas assez responsables.

Sur son corps en général : des hanches larges et de bonnes fesses pour les femmes, beaucoup de solidité dans le corps. Pour les hommes, des épaules larges, petite taille, pas de fesses, poitrine bombée, l’air de dire : « J’ai le contrôle de la situation ». Très physique, regardez-moi ! Monsieur avec gros biceps, tee-shirt court pour montrer ses muscles.

Le comportement
L’être :
– est très séducteur
– a la capacité, par son regard intense, de donner l’impression qu’on est la seule personne qui compte pour eux, alors qu’il ne peut tolérer d’être séduit
– voit tout rapidement
– est sceptique et toujours sur ses gardes, pour ne pas se faire séduire
– est très manipulateur, car manipulé lui-même quand il était jeune, ce qui lui a valu cette blessure
– a des difficultés pour faire un choix surtout s’il risque de perdre le contrôle de la situation
– aime prendre de la place et être remarqué pour sa force
– veut contrôler la situation ; on peut lui donner des responsabilités, il comprend vite
– a beaucoup de talent mais pas beaucoup de patience avec ceux qui sont lents
– veut faire à sa façon car a l’impression qu’on le manipule si on lui impose, si on veut faire faire quelque chose à un contrôlant il faut qu’il ait l’impression que c’est lui qui décide ; si on lui donne un ordre, il n’aura pas le goût de l’exécuter
– n’aime pas qu’on se mêle de ses affaires mais aime se mêler des affaires des autres et y mettre son grain de sel, par exemple pour avoir le dernier mot, ne voyant pas qu’il le fait ; mais voyant les autres le faire, il est sur ses gardes par peur de se faire avoir
– se confie difficilement
– ne montre pas sa vulnérabilité
– éprouve de la difficulté avec l’autorité
– est convaincu d’avoir raison et essaie de convaincre l’autre
– éprouve des difficultés à voir les autres ne pas être responsables, ne pas tenir leurs engagements
– a peur de la dissociation, de se séparer
– a peur de passer pour une personne irresponsable
– n’aime pas être pris par surprise
– a peur de l’engagement et du désengagement
– vit le mensonge comme une trahison
– a tendance à dire oui puis n’en faire qu’à sa tête
– a toujours une bonne excuse car il ne veut pas voir qu’il ne tient pas ses engagements
– veut tout savoir, veut contrôler les autres
– déteste qu’on ne lui fasse pas confiance
– n’admet pas la paresse surtout chez le sexe opposé
– s’arrange pour que tout le monde sache tout ce qu’il a fait, comment il l’a fait et combien il en a fait
– change facilement d’humeur
– mange rapidement, car n’a pas de temps à perdre, ajoute sel et épices.

La peur : le LÂCHER PRISE
L’être doit avant tout apprendre le lâcher prise :
– prend beaucoup de place quand il danse et en profite pour séduire ; a l’air de dire : « Regardez-moi »
– s’assoit et penche son corps vers l’arrière avec les bras croisés quand il écoute ; se penche en avant quand il parle pour mieux convaincre.
L’ego est convaincu qu’il ne ment jamais, qu’il garde toujours sa parole et que personne ne lui fait peur.

Le besoin : la CONFIANCE
La personne alimente son besoin en ne tenant pas ses engagements pour lui-même, en se mentant, en ne déléguant pas par manque de confiance. Alors qu’elle ne fait pas confiance, elle ne répond pas à ses besoins car elle recherche le pouvoir à l’extérieur.

Elle est trop dans le paraître et a beaucoup d’attentes au niveau de ses demandes, mais ne formule pas de demandes claires. Elle exige, menace, contrôle ; saute aux conclusions, croit que l’autre a compris.

Pour régler ses blessures : ACCEPTER
Se donner le droit d’être humain, c’est se donner de l’amour. Comme on n’a pas la mémoire de ce qui s’est passé quand on était petit ou avant de naître, on va accuser un de nos parents avec qui on a vécu cette blessure en premier. Certaines personnes ne veulent pas voir qu’elles accusent leur parent, elles préfèrent accuser d’autres personnes. Par exemple, ne voulant pas voir sa blessure avec le père, on traite son mari ou son fils d’irresponsable ; quelque chose reste à régler avec le père.
ACCEPTER que quelque chose nous a blessé. Pas de transformation sans acceptation.
ACCEPTER que ce qu’on reproche aux autres, on le fait aux autres. Se donner le droit d’être comme ça même si on n’est pas d’accord.
On réagit toujours en fonction de nos blessures
Prenons l’exemple d’un couple qui vit une dispute, un moment difficile.
Trahison – Le Contrôlant dira, dans la peur d’être abandonné : « Il/elle ne comprend rien, il/elle agit comme un bébé ».

Reconnaître la blessure chez soi et chez les autres
Lorsque nous sommes dans nos blessures, nous ne sommes plus objectifs et nous pouvons faire du mal aux autres et hélas, bien souvent à nos proches les plus intimes.
Pour le contrôlant : Vérifier s’il y a eu promesse, et engagement, avant d’accuser l’autre de ne pas les tenir.
Faire d’avantage confiance, ne pas sauter aux conclusions. Apprendre à diriger sans contrôler.

Accorder son pardon au parent concerné
Nous pouvons nous accorder le droit d’en avoir voulu à une personne dont on est convaincu(e) qu’elle est à la source de notre malheur. C’était douloureux et c’est tout à fait normal et humain. On ne peut rien régler tant qu’on n’admet pas qu’on a pu en vouloir à cette personne.
Nous pouvons éprouver du regret de l’avoir accusée, et nous pardonner de l’avoir jugée.
La blessure qu’on a vécu avec un de ses parents, lui-même l’a vécu avant nous auprès d’un de ses propres parents. Et ainsi de suite.
Accorder son pardon au parent concerné permet d’arrêter la roue du karma.

Guérir
La guérison commence dans les trois corps. Alors, notre être spirituel peut émerger et vivre ce qu’il a à vivre.

Petite méthodologie
Faites une rétrospective le soir, notez les incidents de la journée qui vous ont fait vivre des émotions.
Lorsque vous êtes conscient(e) que quelque chose touche votre blessure, ne blâmez pas l’autre. Mais ne vous blâmez pas non plus.
Soyez attentif, observez chaque fois où vous faites aux autres ce que vous leur reprochez. Faites le lien pour changer d’attitude, faites le lien entre l’incident et la blessure.
Prenez contact avec la peur, il s’agit de la peur que nous avons pour nous-même, celle reliée à la blessure.
Prenez le temps nécessaire pour que peu à peu, vos blessures guérissent et soient de moins en moins sensibles, prenez du temps.
Dédramatisez et pour ce faire, essayer d’en rire !

Questions
En voie de guérison lorsqu’on lâche prise, qu’on ne cherche pas à être le centre d’attraction et qu’on est fier de soi même si les autres ne le reconnaissent pas.
Forces cachées
Qualités de chef, rassurant et protecteur, talent pour parler en public, sociabilité. Aide les autres à se valoriser, peut gérer plusieurs choses à la fois, prend des décisions rapidement.

Pour tout cela, le Reiki est là pour faire émerger la ou les cause(s) origine(s) et s’y attaquer pour enfin accepter puis avancer plus sereinement. Quelques ouvrages ont été publiés dont le meilleur à mon sens est celui de Lise Bourbeau (Les cinq blessures qui empêchent d’être soi-même). Je me suis inspiré en parti de cet ouvrage et d’autres pour vous permettre d’accéder à une synthèse par blessure (d’autres articles sur la trahison, le rejet, l’injustice et l’humiliation)

A toutes fins utiles, me consulter pour de plus amples explications via mon formulaire de contact ou par téléphone ci-contre. Dans tous les cas, je ne me substitue pas à votre médecin traitant ou encore votre dentiste. Je ne viens qu’en renforcement ou complémentarité de ces dernier, seul référents médicaux.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *